Les pistes de course québécoise

  • Les pistes de course québécoise

    Les pistes de course québécoise

    Avec l’arrivée du temps chaud, certains doivent se demander si la chaussée a rapetissé au lavage? Si la ville a repeinturé les lignes plus proches depuis l’hiver? Eh bien non, lorsque les bourgeons sortent, c’est le temps de réapprendre à partager la voie publique et je ne parle pas qu’aux automobilistes ici. Je parle à toi, à moi, à vous, à nous tous cyclistes québécois!

    En début de saison, j’entends beaucoup de collègues cyclistes s’exclamer du manque de courtoisie des automobilistes, de l’état des routes et parfois de la rage dirigée à leur égard lorsqu’ils pratiquent leur sport préféré… Une lutte interminable quoi!

    Eh bien aujourd’hui, j’essaye de passer un message un peu atypique en vous demandant à vous cyclistes de faire aussi part de plus de courtoisie lorsque vous êtes sur la route. À chaque semaine, lorsque je croise certains adeptes de vélo, je peux comprendre pourquoi une partie de la population nous étiquette comme irrespectueux et irresponsables.

    J’ajoute aussi que je ne suis pas parfait non plus comme cycliste, mais je pense pouvoir compter sur les doigts d’une main le nombre de situations où je me suis fait klaxonner au cours des sept ou huit dernières années. Et la majorité du temps, j’ai offert mes excuses car oui, j’étais dans le tort. Le point que j’aimerais amener est le suivant: Le Québec n’a peut-être pas les automobilistes les plus courtois, mais peut-être que les cyclistes aussi sont parfois dans l’erreur? J’ai eu la chance de rouler sur 5 continents, avec des athlètes de plusieurs nationalités et à chaque fois, je suis agréablement surpris de leur comportement sur la route. Pourquoi ne pas essayer de faire comme eux? Pourquoi ne pas prêcher nous aussi par exemple? Qu’y a-t-il de si pressant?

    Quelques pistes de réflexion et conseils d’un adepte à un autre…

    – Les campagnes de sensibilisation en sécurité routière répètent aux automobilistes que la route n’est pas une piste de course… Eh bien mes amis adeptes de Strava, pourquoi ne pas également appliquer le même raisonnement lorsqu’on roule sur deux roues?

    – Cherchez le contact visuel avec les automobilistes aux panneaux d’arrêts. Huit fois sur dix, ils vous offriront un gros sourire et la priorité de passage! BINGO!

    – Choisissez les endroits et l’heure à laquelle vous roulez. Le but n’est pas de limiter votre liberté et votre plaisir, mais plutôt de vous garder en un seul morceau. Je sais que vous avez un horaire occupé et parfois peu de temps, mais vous avez probablement l’option de ne pas courser *contre Strava* sur un boulevard passant à l’heure de pointe!

    – ~~ Courtoisie > Priorité de passage ~~ Si vous rencontrez un véhicule surdimensionné, comme un autobus ou un camion, essayez de leur laisser la place nécessaire. Je parle ici de rouler À DROITE de la chaussée, vous n’êtes pas au Tour de France malheureusement. Je ne le suis pas non plus, et j’agis en conséquence.

    J’espère ici avoir échauffé les esprits juste assez pour en faire réfléchir quelques-uns. Je parle même aux cyclistes les plus expérimentés, votre niveau d’habileté est +++, mais les automobilistes ne le savent pas. S’il-vous-plait, donnez l’exemple.

    Parce qu’après tout, si on enlève les autos et les vélos de toute cette histoire, il ne s’agit que de courtoisie entre citoyens. Tenir la porte au suivant au centre commercial, laissez passer une maman pressée à l’épicerie, et le classique: offrir de l’aide à une personne âgée pour traverser la rue: tous ces gestes ne sont que mille et un exemples de civisme, que nous pratiquons au quotidien sans trop d’efforts. Pourquoi ne pas continuer le travail sur la route?

    Roulons avec classe et bonne saison de vélo!

    Comments are closed.